Misarangotra : consécration du parcours mouvementé de Nully Ratomosoa et sa guitare basse.

Misarangotra , c’est ainsi que le premier album de Nully Ratomosoa s’intitule. Un titre qui en dit beaucoup sur le parcours musical de ce bassiste malgache, qui a débuté sa carrière en 2002. À ses débuts, Nully accompagnait d’autres artistes avec lesquels il a noué une relation d’amitié. Ces rencontres lui ont permis de se faire un nom auprès des professionnels et de se forger son propre style. Mais les partages et ses propres recherches, et surtout les cours de musique qu’il a suivis, le poussent petit à petit vers le devant de la scène. Cependant, beaucoup ont aussi tenté de lui mettre des bâtons dans les roues. Incompris, il s’accroche malgré les difficultés auxquelles il a dû faire face et aujourd’hui, il prend, une fois de plus, le taureau par les cornes. Misarangotra est né.

Ce nouvel album solo marque ainsi un grand pas sur cette voie qu’il vient d’entamer. Car Nully n’est pas simplement un grand bosseur, c’est aussi un bassiste talentueux qui a les pieds sur terre. Son défi, c’est de proposer aux mélomanes une fusion de jazz et de trad. Un style qu’il a développé durant des années dans la vaste planète de la musique. En toute simplicité mais avec beaucoup de précision, armé de sa guitare et de son album, il se lance dans une campagne de promotion de ce style musical dans lequel il excelle.

L’album Misarangotra compte 7 titres dont Fanahy , Gasikara, Le Mena, mandefitra, Misarangotra, Nanabe Azy et Zavaboary. Pour sa réalisation, Nully a fait appel à ses amis de longue date tels que Jimmy Be Zaoto, Titi, Nico ou encore Davis… À travers ces titres, on a envie de dire que le style est convaincant. On a hâte de voir l’artiste sur scène et accrochez-vous car quelques dates sont déjà connues, dont certaines se dérouleront à l’étranger.