Do-B : « Le beatbox malgache a sa place à l’international »

Après une année d’absence, le Beatbox Battle Madagascar revient cette année 2022 pour sa 4é édition. Les organisateurs comptent bien réchauffer la grande salle du Cercle germano-malagasy ce 27 novembre pour la finale du tournoi national de beatbox de Madagascar. Do-B, initiateur du mouvement nous donne quelques précisions sur le concours :

C261 : Peux-tu nous en dire plus sur le battle ?

Do-B : Nous avons lancé le beat box Battle Madagascar en 2018. À la demande des beat boxers, deux autres éditions se sont succédé en 2019 et 2020. Ces événements ont permis de faire connaitre le beat box à Madagascar. Malheureusement, avec la crise sanitaire et pour des raisons de timings, nous n’avons pas pu tenir le tournoi en 2021. Entre-temps, les beat boxers ont chacun tracé leur chemin.

Donc, pour le BBM2022, il y aura deux catégories de participants : Premièrement, ceux qui souhaitent faire des performances en solo, soit 1 seul beat boxer contre un autre concurrent. La deuxième catégorie, ceux qui forment un Tag Team, soit 2 beat boxers dans chaque groupe.

La sélection se fera via un wildcard Video, c’est-à-dire ; tous les participants doivent faire une vidéo de 2 minutes de performance qu’ils doivent ensuite mettre sur Youtube en mode public et envoyer le lien de leur vidéo aux organisateurs par mail. Ils ont jusqu’au 15 octobre pour nous envoyer ces liens.

Nous allons sélectionner huit concurrents par catégorie pour la grande finale du 27 novembre.

Do-B, vice champion au South german beatbox battle 2022
C261 : Le beatbox est il une discipline connueà Madagascar ?

Do-B : Oui et non. Les artistes malgaches s’intéressent au beatbox. Beaucoup d’artistes en dehors du mouvement font appel à des beat boxers dans leur création, notamment ceux qui sont issus du milieu du rap du hip-hop. Comme je l’ai dit, c’est surtout grâce aux battles que le public a commencé à connaitre ce que c’est réellement le beatbox, et encore.

Il faut le dire, les malgaches ne sont pas toujours prêts à accepter ce style. Pourtant, dans notre culture musicale, nous pratiquons déjà des chants imitant des instruments de musique seulement avec la bouche comme nous avons différentes productions sonores a cappella qui se réalisent sans accompagnement instrumental.

C261 : Et à l’international ?

Do-B : Madagascar a une place à conquérir dans le milieu du beatbox international. Mon passage au South german beatbox battle et au Ingolstadt Beatbox Champion 2022 en Allemagne a surpris les organisateurs. Depuis, les gens s’intéressent au beatbox malgache. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous tenons à organiser ce tournoi cette année pour profiter de cet élan.

Les beatboxer malgaches, hommes et femmes, sont très créatifs. Nous avons vu également qu’ils sont sérieux et travaillent dur pour donner des performances dignes des scènes internationales. Ces talents, il faut les montrer au monde. C’est également pourquoi, nous exigeons que les Wildcrd videos soient publiées sur youtube, pour constituer un catalogue des artistes malgaches et continuer ainsi à faire du lobbying pour la reconnaissance du mouvement malgache.

C261 : Et la suite ?

Do-B : Je suis convaincu que d’ici 5 ans, beaucoup de beatboxers malgaches auront leur place dans le milieu international. Nous allons faire en sorte que le tournoi soit un tremplin pour ces artistes.