PARITANA 2017 : Qui suivra la voie de Temandrota?

Actualité /

Temandrota est un artiste contemporain. Son art, c’est la transformation de tout ce qui lui tombe sous la main en tableau ou en installation inédite. Il associe les écorces de bois aux déchets urbains et les transforme en objets d’art. Son inspiration s’enracine dans son identité imprégnée de nomadisme.

Temandrota, le lauréat de Paritana 2016. Photo : Fifaliana Nantenaina
Temandrota, le lauréat de Paritana 2016.
Photo : Fifaliana Nantenaina

Très influencé par la culture du sud malgache et par le mode de vie de ses ancêtres Antandroy, il a créé son propre univers. Un univers qu’il tente de transmettre à travers ses œuvres. Ces dernières interpellent le public sur l’identité humaine et celle de la nature ainsi que leur place dans un monde globalisé. De sa personnalité, de son talent et surtout de ses recherches, il parvient à se faire une place dans les milieux artistiques malgache et international. Il n’est pas seul dans cette conquête. Beaucoup de jeunes artistes de toutes disciplines tentent de tracer leur voie.

Ebloui par les talents de ces artistes malgaches, Eric Dereumaux entraine avec lui quelques acteurs culturels malgaches, le Craam, l’IFM… dans une aventure. Son projet a aussi convaincu un des promoteurs culturels reconnus mondialement, La Cité internationale des Arts. Fort de sa vingtaine d’années d’expériences et après avoir passé une décennie en Asie, il lui a été irrésistible de répondre à cet appel des artistes de Madagascar. Il crée alors le Prix des arts contemporains malgaches. Ce Prix, il l’appelle PARITANA. Cette belle aventure commença en juin 2016.

Eric a notamment marqué sa carrière dans les galeries d’art, dans les revues d’art contemporain et dans bien d’autres initiatives qui visent la promotion de l’art contemporain.

Lors de la première édition du Prix, Temandrota rafle le premier lot : une résidence de 3 mois à la Cité Internationale des Arts à Paris, prise en charge par Paritana.

Temandrota dans son atelier à la CIA. Photo : paritana
Temandrota dans son atelier à la CIA.
Photo : paritana

Une résidence enrichissante de plus pour ce récupérateur créatif. Une expérience qui lui a permis de créer plusieurs œuvres d’art, toutes aussi inédites les unes que les autres. Séduite par sa créativité, la Cité Internationale lui a ainsi octroyé une autre résidence de création qui a abouti à l’exposition Coup de fil ; Lia Akata en juin.

Une expo remarquable avec des tableaux imposants comme Solika … afo tsy maty (Porteur de flambeau), 109,5 x 69,9 cm ou encore Jery atrika Botokë … à l’échelle humaine, 200 x 300 cm. Ces œuvres ont envahi la galerie de 200 mètres carrés.

Il est donc évident que les artistes malgaches ont tous les atouts pour rayonner à travers le monde. Cette réussite pousse ainsi les organisateurs de Paritana à renouveler l’expérience avec une édition 2017. L’appel à candidature est ainsi ouvert jusqu’au 1er novembre. Un autre artiste suivra la voie déjà tracée par Temandrota.