Flash Back : PROZODIK, avec Na Hassi, le slam surpasse ses ambitions

Découverte, Vidéos /

Hystérique! Le spectacle présenté par Na Hassi pour le lancement de son album audio Prozodik était tout simplement Hystérique, comme cet album est défini par son auteur.

Si on connaissait Na Hassi pour ses textes engagés, ce 23 novembre, le public du Craam était figé, stupéfait et merveilleusement hypnotisé. L’artiste s’est surpassée et a offert une autre facette de ses talents : la mise en scène. Pour cette prouesse, elle s’est entourée du metteur en scène comorien DaGenius, sous la bienveillance de l’artiste Johana R, connue à Madagascar pour son film JiramatyPoètesse libre comme elle se définie elle même, la prestation s’est différenciée des scènes Slam habituelles.
A ses côtés, le jeune Conan a aussi bien titillé les esprits. Tout cela accompagné par le son des valiha de Sarobidy et Lalah, deux noms à retenir dans cette discipline qu’est la musique malagasy moderne. Moderne dans sa créativité mais authentique par sa composition. Complémentaires, les deux poètes et ses acolytes abordaient différents thème allant de l’amour, de la religion au patriotisme.

Si la presentation de ce nouveau album s’est demarquée par le spectacle, l’exposition interactive qui l’accompagne est egalement à voir absolument. Une exposition qui réunie les photos de Na Hassi et ses masques prises par Mianoka Andriamandroso, une amie, une complice, une collègue depuis la genèse de ce projet.  Ces photos sont exposées, mélangées, agrémentées par les textes de la poétesse. Mais pour découvrir ces merveilles, les public est appelé à un travail intellectuel et ludique.

Tout a été donc fait pour que cette sortie d’album soit plus mémorable. L’album était d’ailleur en promotion ce jour là. Si vous n’avez pas encore le votre, il est à acquerir auprès de l’artiste.

Na Hassi : Atreho
Conan : Atsangako ny tanako.  Images : Culture261 & Craam.

Culture261 est fière d’avoir apporter sa contribution dans la préparation et le promotion de l’évènement Prozodik.