Les scénaristes malgaches entrent en résidences d’écriture cinema.

20 auteurs, dont 10 scénaristes de documentaire et 10 scénaristes de fiction participent à la première phase de la première édition du projet Résidence d’Ecriture Cinématographique co-organisé par les associations AriArt et Asa sary. L’ouverture officielle de cet atelier s’est tenue hier à l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely ce 7 juin.

Lire aussi : Interview de Lova Nantenaina, directeur de Asa  Sary.

Le Directeur de L’Omaci a ouvert officiellement le RéC project 1e édition.

Après la petite cérémonie d’ouverture d’usage, le public et les résidents ont pu apprécier 2 films dont celui de Andrianaly Michaël, Njaka kely et celui de Tovoniaina Rasoanaivo, Déambulation. Deux films qui, tous deux, sont sortis des précédentes résidences d’écriture organisées par ces deux associations. Une manière de démontrer l’importance et la place de l’écriture dans le processus de création d’un film. Le débat a suivi cette séance de projection.

La résidence se tiendra effectivement ces 10 et 11 juin au Lion d’Or. Les 20 stagiaires y seront isolés avec les professionnels qui vont les coacher durant les séances de travail. Le but est d’octroyer aux résidents un environnement sain à la créativité, loin des tracas de la vie quotidienne qui entravent leur accomplissement dans leur travail d’artiste. Toute cette initiative vise en tout cas l’amélioration, voire l’initiation de ces auteurs à l’écriture cinématographique, un genre qui se différencie des autres styles.

Pour cette première partie de cette session donc, ces résidents vont apprendre à développer leurs idées de film. Cette phase sera poursuivie par une deuxième étape qui sera consacrée à l’écriture proprement dite du scénario et de tous les autres éléments d’un dossier de film. Et dans le troisième volet de cette résidence, les scénaristes vont devoir défendre leur dossier devant un groupe de producteurs dans l’optique de voir leur film se mettre à l’écran.

À chacune de ces phases, un appel à projet sera ouvert pour que ceux qui estiment avoir un niveau plus avancé dans l’écriture cinématographique puissent proposer d’autres projets. Car sur les 45 dossiers que les organisateurs ont reçus durant les 2 semaines d’appel à projet, ils ont remarqué un certain écart de connaissance entre les candidats. 8 candidats seront donc encadrés par le comité en dehors de la résidence pour qu’ils puissent déjà entamer les processus pour postuler à la deuxième phase du RéC. Celui-ci se tiendra au mois d’août. D’après Alain Ndrejason, coordonnateur du projet, « la réouverture de l’appel à projet à chaque etape du RéC permet de favoriser l’esprit combatif au sein de ces futurs cinéastes, et permet aux résidents de se donner à fond pour ne pas perdre leur place. Il faut qu’ils sachent que rien n’est acquis. Toutes les chances sont pourtant de leur côté grâce à l’accompagnement qu’ils obtiennent. »

Comme les membres des deux associations sont des professionnels issu des prestigieuses écoles de cinéma européennes et régionales, ils assureront eux-mêmes la partie coaching de ces scénaristes. Mais comme l’écriture d’un scénario est avant tout une activité littéraire, les deux structures ont fait appel aux membres de la Synergie Nationale des auteurs, éditeurs et libraires de Madagascar pour partager leur expérience dans le domaine. D’autres professionnels du cinéma  rejoindront également le mouvement en cas de nécessité.