BD : A la découverte de Ary, l’héroine de Catmouse et Rolling Pen

Pour leur première œuvre ensemble, Catmouse et Rolling Pen ont choisi de raconter à travers une BD les aventures d’Ary, une petite fille du sud de Madagascar. Ce fut un choix naturel pour ces jeunes auteurs. Elle étant une dessinatrice qu’on ne présente plus dans le milieu de l’art visuel, et lui ayant une plume exercée et inspirée, sont adeptes de littérature jeunesse et se nourrissent de mythes et de légendes d’ici et d’ailleurs.

Tout a débuté lors d’un après midi où les deux complices ont découvert leur complémentarité, mais surtout leur envie de partager leur passion. L’idée de BD venait sûrement de Catmouse qui a trouvé chez Rolling Pen un partenaire qui a plus de fantaisie dans l’écriture scénaristique. Depuis huit mois donc, de planche en planche, Ary. Les Yeux d’Isalo grandit sous le crayon de Catmouse et les écrits de Rolling Pen.

Ary, c’est une petite fille très différente du reste de sa tribu. Elle espère enfin trouver la place qu’elle mérite. Zava, le doyen du village, souhaite justifier son rôle de pierre angulaire de la sagesse, en aidant le village à échapper à une disette destructrice. Comme sa singularité est mal perçue, Ary est désignée pour aider le village. Pendant son voyage, elle doit subtiliser les Yeux d’Isalo, le dernier géant de pierre en errance. Chacun, à sa manière, va essayer de se trouver. Inconsciemment, leur quête respective les mènera à trouver la clé du salut du village.

Le choix de faire une histoire se situant dans la région d’Ihorombe n’est pas, elle non plus, si anodin. La région abrite une merveille : L’Isalo. Aride, immense, son atmosphère stimule l’imagination. Mais le choix est aussi motivé par l’abondance d’histoire, de mythes et de légendes autour de ces géants de pierre. Impérativement, la magie et les symbolismes sont au rendez-vous dans le récit.

C’est donc un conte féérique d’un autre monde mais qui, à la fin, se retrouve comme une évidence grace à l’ancrage culturel et au talent de ces auteurs. Le conte que Catmouse et Rolling Pen racontent dans ce premier tome de leur première œuvre est, en effet, purement fictif, mais inspiré de leur personnalité. Chacun d’eux se retrouve dans cette histoire d’Ary.

L’aventure d’Ary n’est elle pas en effet à l’image de nos auteurs ? On leur reproche leur différence : trip occidental dans leurs imaginations, trop asiatiques dans leur crayonné. Ils sont donc à la recherche de leur place et partent à la découverte d’une littérature en errance, la bande dessinée malgache. Rendez-vous en août pour découvrir Ary. Les yeux d’Isalo.