Littérature malgache : 11 ouvrages d’ED Andriamalala réédités chez Mixte

Actualité /

Chose promise, chose due chez Edition Mixte. Onze ouvrages d’ED Andriamalala viennent d’être réédités chez cet emblématique éditeur-libraire : Antso, Ranomasina, Taolambalo, Voankazo nandrarana, Ilay vohitry ny nofy, Hetraketraka I et II, Menarana, Ny fanagasiana, Ny fofombadiko, Zazavavindrano.

Ohhhh. ❤ #EDAndriamalala #Littérature #Madagascar

A post shared by Culture261 (@culture261) on

Le défi a été lancé avec l’appui de l’Opération Bokiko et la famille de l‘auteur en début d’année. Une tâche pas facile puisque ces œuvres ne sont pas de simple livres mais sont considérées comme des monuments de la littérature malgache. Avec leur concours, les trois entités se sont ainsi penchés sur la meilleure façon de rééditer des livres qui sont depuis des décennies utilisés dans l’enseignement de la langue malgache et de la littérature dans les classes secondaires et à l’université. Après concertation, il a été donc convenu qu’aucune modification ne sera apportée, sauf sur la qualité du papier et de la couverture. Ces nouvelles éditions sont donc fidèles aux originales selon lesquelles l’auteur les a publiées.

Lire aussi la chronique littéraire de Raoto :

Vakivakim-piainana

Cette initiative est aussi une preuve que la littérature malgache, et les livres écrits en malgache, ont encore leur avenir. Car ED Andriamalala est bien connu pour sa passion pour la langue malgache. Il n’a d’ailleurs écrit qu’en malgache et il croit à la capacité de cette langue et de sa littérature à relever les défis de leur temps. L’édition Mixte, Operation Bokiko et les descendants de l’auteur ont ainsi saisi l’élan généré par l’intérêt des jeunes auteurs actuels vis-à-vis de la littérature pour lancer ces travaux de réédition. Leur motivation se trouvait justement dans les paroles d’ED Andriamalala : « Mifantoka eny amin’ny manam-pahaizana vokatry ny taniny ny mason’ny Malagasy tsivakivolo … Angamba aza tsy ny mason’ny Malagasy ihany, fa ny mason’izao tontolo izao koa. » ( in Ny Fanagasiana 2017, P59).

Et encore, le plus grand défi actuel de la littérature malgache est l’absence d’une politique du livre. Une politique qui soutien une chaîne qui commence à se réorganiser. Encore une fois, les initiateurs de cette renaissance des œuvres d’ED Andriamalala appellent à la vigilance de tous sur l’existence de piratage de ces trésors culturels.