Il était une fois à…Hollywood : un conte des faits à la Tarantino

Si on s’en tient juste au titre, on jurerait qu’il s’agit d’un documentaire sur l’industrie cinématographique américaine… mais vous en connaissez beaucoup de films documentaires signés Quentin Tarantino? Eh oui, l’esprit dérangé qui nous a concocté « Inglorious Bastards », « Kill Bill », « Django Unchained », « Reservoir dogs »… a remis ça.

Margot Robbie dans le rôle de Sharon Tate

Once Upon a Time in Hollywood, qu’on surnomme déjà « le neuvième film de Tarantino« , raconte l’histoire de deux principaux acteurs : Rick et Cliff. Rick Dalton (Leonardo DiCaprio), ancienne coqueluche des cinéphiles américains dans les années 50 grâce à une série Western populaire « chasseur de prime », essaie tant bien que mal de booster sa carrière sur le déclin. Dans la vie comme dans ses films, Rick est toujours flanqué de son fidèle doublure/cascadeur et accessoirement homme à tout faire et ami, Cliff Booth (Brad Pitt). On notera aussi le clin d’œil à Sharon Tate (Margot Robbie), célèbre lolita des années 60, actrice potiche et fraichement femme du réalisateur Roman Polanski.

Ce film est un savant mélange de fiction et de réalité. On est parti sur l’histoire fictive mais néanmoins classique de la star qui devient ringard avec comme toile de fond la fin des années 60, les westerns spaghetti, les hippies, et le luxe mélangé à la luxure des stars américains.

Mais un Quentin n’est pas un Tarantino sans les fameuses scènes de violence ou la profusion d’hémoglobine est roi. Alors là! On est servi! Ouverture de boite crânienne, grillade à la lance flamme, broyage de corones… On vous l’a dit : Tarantino n’est pas là pour faire un documentaire.

Une petite curiosité dans le film: pourquoi les pieds sales? C’est quoi le projet?

On aime ou on n’aime pas, ça reste toujours un très bon Tarantino… non: un Chef d’œuvre Cinématographique .

ariniaina