Cinéma : l’association Asa Sary lance un KinoDoc.

Actualité /

Réaliser un film documentaire en 72h, c’est le défi que l’association Asa Sary propose aux jeunes, et pourquoi pas à tout le monde pour sa prochaine activité : Un KinoDoc. L’événement se tiendra les 17 et 18 et 24 octobre prochains.

Affiche du kino Doc de Asa Sary
Affiche du Kino Doc de Asa Sary.

Le concept Kino est bien connu des cinéastes et beaucoup en ont déjà fait l’expérience. Fidèle à son objectif de valoriser la production de documentaire de création à Madagascar, Asa Sary souhaite, à travers ce marathon cinématographique, initier et encourager les amoureux du cinéma du réel à la création. C’est aussi pour montrer que ce mouvement qui se base sur le concept de faire un bon film avec presque rien peut bien s’adapter à la production de film à Madagascar si on le maitrise. Aussi, comme Asa Sary est une association des professionnels, cette activité est une occasion de faire connaître aux participants les divers métiers et étapes de la création de documentaire. Le KinoDoc est donc ouvert à tous ceux qui souhaitent réaliser un film sans être obligatoirement un professionnel du cinéma.

Tout sera fait pour faciliter cette initiation au 7e art : les vidéos peuvent être filmées en HD avec un smartphone, ceux qui n’ont pas les moyens techniques pourront emprunter des matériels aux deux maisons de productions partenaires de ce projet, Aiko Prod et à Endemika Films.  Des mentors seront également mis à leur disposition pour les encadrer dans tous les processus de création. Force est de constater que beaucoup de films voient le jour actuellement à Madagascar, mais très peu d’entre eux suivent les normes et exigences de la profession car quelques étapes manquent à la chaîne.

En premier lieu, l’écriture du film. Asa Sary insiste sur cette phase et y apportera une attention particulière. Chaque participant devra présenter à l’écrit son idée de film et son intention. Une fois le film tourné, les créateurs doivent également suivre tous les processus de production. L’essentiel est donc de les faire assimiler tous ces étapes.

Le produits finis, que ce soit un film prêt à diffuser ou un « work in progress », appartiendront à leurs auteurs respectifs. Néanmoins, en collaboration avec l’Institut Français de Madagascar, Asa sary organisera en novembre des séances de projections de ces films. Ceux-ci peuvent également être souscrits à des festivals nationaux ou internationaux. Asa Sary octroiera également à ceux qui le souhaitent des formations sur cette phase de distribution.