|Tribune|Mémoire d’une insulaire : l’invitée de Nosy Maitso

Mémoire d’une insulaire, imprégnée de la générosité de Nosy Maitso. Celle qui se blottit dans les ondes et les remous de l’océan Indien. Celle qui offre les caresses de son sable chaud aux pieds des amoureux des plages. Celle qui ouvre ses frontières aux voyageurs à la recherche d’un coin de paradis. Celle qui invite les citadins à respirer à pleins poumons la fraîcheur de ses forêts. Celle qui accueille dans son sol mille racines, mille fondations, mille rêves d’avenir.

Mémoire d’une insulaire, baignée de cartes postales multicolores de Nosy Maitso. Paysages qui virevoltent dans mes paupières closes pour contenir cette beauté dans une éternité. L’orange d’une fin d’après-midi qui électrise le bleu de l’horizon. Le vert émeraude des rizières et les sabres de lumière qui miroitent dans leur eau. Le bleu du ciel infini saupoudré de cotons de nuage blanc qui dansent au gré du vent. L’ocre des champs et les pousses de salades, de brèdes, de manioc, de maïs, de petits pois et de haricots. Les tenues chatoyantes des paysans dans les tsenan’ny tantsaha et les costumes ternes des bureaucrates dans les villes.

Mémoire d’une insulaire, remplie de locutions, de proverbes et de poèmes qui chantent Mère Nature. Une enfance bercée par les vers de Dox : « Tafatsiry indray ny maitso – Eo an-tokotaninay . Un élan de solidarité transmis par le « Hazo tokana tsy mba ala ». Une philosophie de vie, un message de gratitude avec « Ny hazo no vanon-ko lakana, ny tany naniriany no tsara ».Une sagesse inspirante et royale d’Andrianampoinimerina avec « Izay manongotsongo ny ala dia hotsongotsongoin’i Zanahary.

Mémoire d’une insulaire, nourrie de belles rencontres, comme celles avec elle. Elle qui prend soin de la terre comme son âme, qui aime la nature comme son corps et ainsi son prochain comme sa propre vie. Elle qui puise dans son énergie créative pour garder le vert qui coiffe les montagnes. Elle qui a rallié des gens de tous horizons et milieux autour de son arbre pour un brin de causette green. Elle qui a réveillé les valeurs profondes d’humanité enfouies au fond de ceux qu’elle a pu croiser. Elle qui est partie trop tôt rejoindre la terre, un jour de la fête nationale. Non, elle n’est pas partie. Puisqu’elle a laissé d’innombrables germes de seedbombs[1]partout où elle est passée. Puisqu’elle a tissé des liens entre ceux qui aiment la nature et l’île avec ses nombreuses éditions de TreePlantingDay. Puisqu’elle a ravivé l’espoir d’une Nosy Maitso dans le cœur de tous ceux qu’elle a croisés.

«Ceux qui plantent des arbres, tout en sachant qu’ils ne pourront jamais s’asseoir sous leur ombre, ont au moins commencé à comprendre le sens de la vie. » Rabindranath

Mémoire d’insulaire, dédiée à Anny Ramarolahy de Green Lotus qui a beaucoup donné d’elle-même pour son île, alors que – comme tout être humain – elle n’est qu’une « invitée » de NosyMaitso.

Na Hassi


[1] Bombes à graines