Le Complexe d’Oedipe raconté à travers les photos de Rija Emadisson

La maternité, la relation entre mère et fils, cette fameuse théorie freudienne sur les désirs sexuels inconscients d’un fils pour sa mère, sont le thème de cette exposition de photos sur les murs de l’Is’Art galerie jusqu’au 14 février. Ces photos sont l’œuvre de Rija Emadisson. Si son nom est plutôt connu dans le milieu de la photographie institutionnelle et reportage, ce photographe professionnel dévoile, à travers l’exposition, les émotions qu’il a pu capturer lors de ses multiples travaux. Dans la psychanalyse, cette attirance sexuelle porte le nom de Complexe d’Œdipe, d’où le titre de cette exposition, une référence à la mythologie grecque.

L’exposition se visite ainsi en suivant un petit scénario qui raconte le début de la maternité, la grossesse, jusqu’à ce que l’enfant quitte le foyer familial. Cette mise en scène illustre parfaitement cet attachement entre mère et fils. Ce sentiment, on le retrouve dans une société matriarcale comme la société malgache. Mais comme le complexe d’Œdipe relate également le sentiment qui lie le père à sa fille, Rija Emadisson a aussi pris soin de divulguer ce sentiment. Ses photos sont d’autant plus prises à la volée pour démontrer la franchise de la démarche du photographe.

Par son expérience, Rija Emadisson a donc su mettre en évidence ces émotions. À travers la beauté de ces clichés, le public est confronté à cette réalité de vie que nous refoulons inconsciemment par pudeur.

Membre de l’Union des Photographes professionnels de Madagascar, Rija Emadisson s’est intéressé à la photographie après des études universitaires en lettre anglaise. Il se démarque pourtant par son talent et par son regard artistique qu’il nourrit avec ses recherches personnelles. Ces photos exposées sont d’ailleurs le fruit de cette intention de donner à ses photos un sens, de raconter une histoire plus qu’une simple captation de ce qu’on voit. Ces photos sont mises en vente pour les amateurs d’œuvre d’art unique.