Collection photo de Rijasolo : le Dina Be à Behahitse.

Nous restons dans le sud de Madagascar pour ce cinquième jour de cette exposition virtuelle Mois de la photo 2017.  Depuis le 20 novembre, Culture261 expose une collection de photos intitulée « Madagascar : des visages et des autorités » de Rijasolo. Cette exposition  dure 15 jours. Chaque jour, des photos seront ajoutées à la collection.

Le choix d’exposer les œuvres de Rijasolo est motivé par leur qualité. Ces photos, ce photographe malgache les a minutieusement sélectionnées particulièrement pour faire partie de cette exposition virtuelle. Cette collection regroupe ainsi les photos que Rijasolo affectionne, nos seulement par leur qualité technique et artistique, mais surtout pour les histoires, les anecdotes, les sentiments qui l’ont emmené à les prendre. Car au-delà des simples photos de reportage, le vécu personnel de cet artiste dans la grande Île y transparait.

Né en France, il décide de revenir à Madagascar. 20 ans de diaspora le séparent de ces origines. Désorienté dès son premier contact avec la terre de ses ancêtres, il s’est armé de son appareil photo pour retrouver ses repères. Un vécu qu’il raconte dans son projet « Miverina ».

Certaines photos de la collection Mois de la Photo pour Culture261 sont issues de cette collection. Mais Rijasolo a également choisi d’y insérer d’autres clichés qui relatent cette rencontre. La collection représente exclusivement des portraits de personnes que le photographe a côtoyées ou tout simplement croisées. Des simples gens aux hommes d’Etat, chacune de ces personnes a son histoire. Ces histoires, Rijasolo veut les immortaliser.

 

 

COMMUNE DE BEHAHITSE – Des membres du «fokonolona» (communauté) de Betioky rencontrés dans le village de Behahitse, district d’Ampanihy. Ils sont soumis à l’autorité d’un «Dina Be». On me dit que la plupart d’entre eux sont d’anciens voleurs de zébus mais qui se sont «rangés» (Dahalo niova fo).

Ils viennent tout de même armés et protégés de leurs amulettes (ody gasy) «car on ne sait jamais» me disent-ils. Ils rendent visite au fokonolona de Behahitse pour réclamer leur dû : neuf zébus doivent être remboursés à la communauté de Betioky car un habitant de Behahitse y a volé une bicyclette. Mais le fokonolona de Behahitse n’est pas d’accord, il trouve que c’est beaucoup trop et contraire à la règle qui a été établie par le Dina Be. Normalement le remboursement devrait être de trois zébus et non pas neuf.

Les deux parties se réunissent sous des tamariniers près du marché du village. Un long «kabary» (discussion, discours) d’une journée va finalement mettre les deux parties d’accord. Pour sceller ce pacte, un zébu sera tué et partagé.
PHOTO : © RIJASOLO